+

En nous promenant dans la lointaine périphérie, nous avons trouvé LA FEMME CHEVAL, que nous pouvons voir comme l’opposé de LA FEMME COUGAR (voir l’article wikipedia ici), soit deux visions et deux pratiques inverses de la ville. Pour faire simple, la femme cheval (et son compagnon) vit avec son cheval, en périphérie pour avoir un pré,  ne sort plus de chez elle sinon pour rencontrer d’autres femmes cheval :


 

 

+

A première vue et contrairement à la femme cougar, ambassadrice d’un mode de vie urbain, symbole de la mixité sociale et intergénérationnelle, on peut penser que la femme cheval est sans intérêt. Humainement oui mais d’un point de vue urbain, la femme cheval ne serait-elle pas un formidable rempart face à l’étalement urbain? Une femme cheval attire d’autres femmes cheval, donc des prés, des hippodromes qui maintiennent une couronne verte autour de l’agglomération. Alors oui à la femme cougar en 1ère couronne périphérique et oui à la femme cheval en seconde couronne. De toute façon, les probabilités pour qu’une femme cheval devienne une femme cougar sont immenses.

+

Des femmes cougar pour l'animation urbaine, des femmes cheval pour le maintien du cadre de vie et du paysage ?

+

+

Voilà une vision fort intéressante où chaque être humain dans sa singularité apporte sa petite pierre à ce grand édifice qu’est la ville. Superbe. Et comme nous sommes amoureux des femmes et que malheureusement nous avons oublié de fêter le 8 Mars, nous nous rattrapons en ayant une pensée pour ces 12 femmes qui chaque année en France, sont abandonnées sur un balcon. Courage Joyce (> clip à partir de la 50ème seconde) :



Facebooktwitterpinterestlinkedin

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.