Naïvement, nous pensions que devenir riche servait avant tout à acquérir une certaine liberté, notamment géographique. Les riches ont les moyens de s’installer où ils le souhaitent, les Champs Elysées, la Côte d’Azur, un chalet en Savoie. Ces dernières années nous prouvent pourtant le contraire. Etre riche aujourd’hui consiste surtout à devenir plus riche et à ne pas être emmerdé.

Les riches s’imposent alors :

– d’aller vivre dans des villes faiblement attractives si on prend en compte des critères de vie culturelle ou de patrimoine paysager (par exemple Néchin en Belgique) ;

– de perdre beaucoup de temps à gueuler parce qu’ils payent trop d’impôts ;

– de se faire chier avec d’autres riches dans des villes à mourir d’ennui (Saint-Maur-des-Fossés ou Rueil-Malmaison).

En d’autres termes, les riches sont cons et s’imposent plein de contraintes au lieux de profiter de leur liberté. Et ce qui est bien avec les neuneus  qui s’imposent des contraintes très précises (surtout lorsqu’ils sont conseillés par des gestionnaires de fortunes d’une rare perspicacité), c’est qu’on peut s’en servir pour faire de l’aménagement du territoire.

Des coins sans intérêt et désertés, on en a plein en France. Et ils sont probablement mieux que Néchin. Nous proposons de créer des enclaves fiscales dans des lieux correspondant aux attentes des plus fortunés :

– une accessibilité vers des lieux de villégiature et vers Paris,

– peu de voisins (et surtout très peu de pauvres),

– un cadre paysager évidemment plus épanouissant que celui de la Belgique.

On pense à Ecuisses par exemple, à deux pas de la gare TGV du Creusot.

L’installation des ces riches permettra de relancer a minima le commerce et l’attractivité de ces territoires et participera alors à un aménagement du territoire plus équilibré. Par contre, ça risque de poser des problèmes de stigmatisation : le village des riches cons.

 

Merci à Alice pour nous avoir ouvert les yeux sur la dureté de la vie des très riches.

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

5 Commentaires

  1. Dodo la Saumure
    14 décembre 2012

    Avec un nom pareil, Ecuisses risque surtout de voir débarquer DSK !

  2. Alice MILF
    15 décembre 2012

    Merci d’avoir fait un si bon article qui reprend parfaitement ce que je pensais de la dureté de vie des riches…Gérard si tu nous regardes…

  3. mathieu
    17 décembre 2012

    Ecuisses + DSK + MILF dans les commentaires, notre référencement va nettement s’améliorer. Je rajoute facesitting et bunga bunga. Quelques riches devraient tomber dans le panneau.

  4. Alice MILF
    23 décembre 2012

    Je rajoute cul de sac, bitte d’amarrage et groseillier à maquereaux, qui comme chacun le sait est un arbre fruitier sur lequel on récolte des fruits nommés « pétasses ». Avec tout cela si on n’attire pas du vieux dégueulasse dans notre ville, je rends mon tablier.

  5. popier Popol
    8 mars 2013

    « Or on n’imagine pas comme ça peut être joli vu de l’intérieur, le XVIe arrondissement. On aurait tendance à penser que c’est aussi triste que ça en a l’air, on a tort. Conçus comme des remparts ou des masques, ces austères boulevards et ces rues mortifères n’ont de sinistre que l’apparence: ils dissimulent des domiciles étonnamment avenants. C’est qu’une des plus ingénieuses ruses des riches consiste à faire croire qu’ils s’ennuient dans leurs quartiers, au point qu’on en viendrait presque à s’apitoyer, les plaindre et compatir à leur fortune comme si c’était un handicap, comme si elle imposait un mode de vie déprimant. Tu parles. On a tout à fait tort. »

    Jean Echenoz – Je m’en vais

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.