Les rappeurs sont-ils des éco-citoyens ?

Ayant à cœur de représenter dignement leur quartier d’origine, les rappeurs US et français sont avant tout des citoyens soucieux des questions urbaines.

A l’instar de Booba qui s’intéresse de près au marché de la construction «  si j’traine en bas de chez toi, j’fais chuter le prix de l’immobilier » (cf. boulbi extrait de l’album ouest side) ou plus largement au thème de la mobilité « au pays de l’argent facile combien sont morts en chemin, fuck les APL et les transports en commun » (cf. salade, tomates, oignons extrait de l’album 0.9).

Afin de combattre la dégradation croissante de certaines zones urbaines et le processus de ghettoïsation engagé, nous avons établi la programmation d’un nouveau quartier mixte à partir des besoins identifiés par les édiles locaux.

+

Eléments programmatiques :


Aussi il semble qu’en période de crise leur goût immodéré pour les 4X4 et autres limousines ne soit plus adéquat avec leur vision d’un développement durable des quartiers, et au sens plus large de la ville.

Des systèmes de mobilité alternatifs ont ainsi été mis en place, les rappeurs peuvent maintenant se la péter tout en étant « sustainable », et en plus ça plait aux filles.

+

Pimp C kiffe les stations lowride :

+

Lil Wayne opte pour la réutilisation d’un carrosse royal

 


Facebooktwitterpinterestlinkedin

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.