Cette polémique sur l’aéroport Notre-Dame-des-Landes nous fait bien marrer. Pourquoi tant de bruit pour un projet si petit. Chez deuxdegrés, nous travaillons sur un projet d’aéroport réellement ambitieux avec les meilleurs économistes spécialisés dans les classements .

Néanmoins, pour ceux qui s’intéressent à Notre-Dames-des-Landes, deuxdegrés offre une tribune pour ce sujet d’actualité. Nous souhaitons faire partager le point de vue de deux personnes dont les divergences illustrent bien les avantages et inconvénients du projet quant à son impact sur l’environnement et, plus particulièrement, sur les oiseaux :

– Jacques Croissand, comité de défense des Laridés, expert en démocratie et écologiste végétalien.

– Michel Filipucci, économiste et juriste expert, spécialisé en risque aviaire auprès de la préfecture de Loire Atlantique

• Jacques C.

« Le projet est intenable et inutile. Le coût de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est passé, en quelques années, de 560 millions d’€ à 4 milliards d’€. On ne sait pas jusqu’où ça ira. Nos vies sont détruites par la finance et l’appât du gain. Ensuite, un nouvel aéroport ne sert à rien ; au pire il suffirait de modifier légèrement les capacités de l’aéroport actuel pour subvenir aux besoins que le monde politique considère comme effectifs, mais dont évidemment je doute. »

• Michel F.

« Je rappelle les chiffres, parce que je m’intéresse aussi aux chiffres. Le nombre de voyageurs est, à l’heure actuelle, de 3,5 millions de voyageurs. Si le nombre de 4 millions venait à être dépassé, l’aéroport actuel ne suffirait plus à accueillir les nouveaux voyageurs. Un nouvel aéroport permettrait simplement d’apporter plus de touristes et d’emplois à la région. De nombreuses études officielles ont montré que, d’ici 5 ans, l’aéroport ne pourrait plus s’adapter pour accueillir de nouveaux voyageurs. »

• Jacques C.

«  C’est faux, ces études ont été faites par des politiciens corrompus qui ne comprennent rien à l’écologie. Moi, je vais parler d’écologie. Avec l’aéroport de Nantes actuel, c’est 25 oiseaux ingérés par les réacteurs à chaque décollage. Avec 60 000 vols annuels, cela fait 1 500 000 oiseaux tués chaque année, et ces chiffres ne cessent de croitre. Ce sont des dizaines de milliers d’oiseaux qui ne voient pas le jour, en plus des différentes marées noires dont le gouvernement est aussi responsable.  »

• Michel F.

« Les marées noires n’ont bien évidemment rien à voir avec le projet d’aéroport et je demande un peu de sérieux dans ce débat. J’aime la nature et j’aime les oiseaux. C’est un peu mon métier que de les protéger. Avec un nouvel aéroport, l’environnement de Notre-Dame-des-Landes sera sans doute un peu modifié, mais on y gagne. L’éloignement du nouvel aéroport de la côte permettra déjà de considérablement diminuer le nombre de collisions entre les réacteurs et les oiseaux, notamment les laridés. Si l’on regarde les chiffres officiels, le nouvel aéroport permettrait, du fait de sa configuration spatiale, de diminuer de moitié le nombre d’oiseaux tués à chaque décollage. On ne peut accepter que chaque année des mamans oiseaux voient leurs enfants tués par des réacteurs d’avions. C’est ça le développement durable. »

• Jacques C.

« Excusez-moi, mais encore une fois c’est faux. Depuis quelques mois, avec tous les militants qu’il y a sur le site, nous faisons en sorte que toutes les espèces protégées du pays effectuent leur nidation à Notre-Dame-des-Landes. Alors si vous voulez que vos avions puissent arriver à s’envoler sous les masses d’oiseaux, il faudra bien les huiler. »

• Michel F.

« Je trouve ça inadmissible. Nous effectuerons un transfert de tous ces nouveaux nids, dans d’autres secteurs et vous serez interdits d’accéder au site. Les chiffres continueront à être justes ! Ensuite, la loi n° 98-1171 du 18 décembre 1998 et notamment l’article L213-3 du Code de l’Aviation Civile, sous l’autorité des préfets, essaie de diminuer le risque de collision entre des oiseaux et des aéronefs, pour le bien des oiseaux et des aéronefs. Avec vos conneries, vous risquez de ne plus permettre aux avions de supporter des impacts avec des oiseaux, ce qui causerait un risque pour les êtres humains… et pas seulement pour des connards de chieurs de merde que sont vos putains de laridés. »

• Jacques C.

« Vous ne vous intéressez qu’aux avions et en plus vous insultez mes oiseaux. C’est déplorable, vous devriez avoir honte.  Vous n’avez rien à foutre  de l’environnement et des économies que l’on pourrait faire si on refusait purement et simplement le projet. »

• Michel F.

« Les militants sont, c’est vrai, des gens qui se soucient de l’environnement. Ils ne se lavent pas et ne mangent pas de viande, ce qui constitue des économies d’eau substantielles.

Concernant la prise en compte de l’environnement, il est préférable de tuer une fois pour toute 3 000 000 d’oiseaux sur les terrains de Notre-Dame-des-Landes plutôt que de tuer durablement 1 500 000 oiseaux par an.

D’autre part, vous noterez que ce projet a généré une mobilisation citoyenne de grande ampleur et a permis de nettoyer la nature grâce à la construction de diverses barricades ou cabanes à base de déchets qui seront par la suite déconstruites et recyclées. Sans ce projet, vous seriez toujours en train de regarder Nicolas Hulot à la télé tous les soirs. Ce projet a donné un sens votre vie Monsieur Croissand. »

 

Jacques C. finit par tuer Michel F. à coups de concombres renforcés d’une armature métallique. Jacques C. mit fin à ses jours car le concombre n’est pas un légume de saison.

Facebooktwitterpinterestlinkedin

2 Commentaires

  1. Frantz Olivier
    10 janvier 2013

    Au fait, savez-vous si Geneviève « l’ado fugueuse » a eu des rapports avec Jacques C ?

    ps : le foutre de végétalien a-t-il des vertus thérapeutiques ?

  2. Comité de défense des végétaliens écolos persécutés
    26 mai 2014

    Apparemment oui
    http://www.lesinrocks.com/2011/08/16/actualite/les-vegetaliens-sont-ils-de-meilleurs-amants-1111745/

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.