+

Nous avons reçu un courriel d’un architecte passionné d’hygiène et de sécurité. Celui-ci s’indigne des trop nombreuses noyades liées à l’alcool qui ont endeuillé la ville de Bordeaux (tout comme Nantes ou Lille ces dernières années). Il nous propose deux solutions pour remédier à ce problème :

La construction d’un mur.

Solution efficace mais qui nous semble être contraire à l’urbanité et qui viendrait cacher le beau travail de réhabilitation des quais.

Le bétonnage de la Garonne.

Une proposition certes radicale et peu compatible avec le principe de trame bleu, mais qui a le mérite d’offrir de nouvelles solutions pour unifier la rive droite et la rive gauche. C’est d’autant plus intéressant que cette création d’espace public permettrait de désengorger les quais, victimes de leur succès.

 

Vous aussi amis lecteurs, n’hésitez pas à nous envoyer vos propositions et vos idées >  postmaster@deuxdegres.net

 

 

FACEBOOK

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

2 Commentaires

  1. Alice MILF
    15 décembre 2012

    Je propose de grosses épuisettes en matériaux durables style bambou, (développement durable oblige) tous les mètres, qui bougent en fonction du courant, pour forcément être repêchés,..à un instant t.

  2. Vincent
    13 février 2013

    Ou sinon on peut développer une « trame grise ». En effet, il suffit de border la Garonne d’un grillage électrifié à haut voltage (alimenté par des panneaux solaire et éoliennes, bien sûr) surmonté de fil barbelé (en métal recyclé fabriqué localement) et ponctué de miradors (dans lesquels campent des personnes, en réinsertion sociale, lourdement armées). Ce dispositif permettrait d’éliminer (hum) tout risque de noyade tout en gardant nos espaces publics vivants et dynamiques. Le grillage délicatement ondulé reprend le motif fluvial et donne une unité/continuité au site. On peut aussi imaginer un mobilier urbain assorti (panneaux danger de mort, chaises électriques, …)

    PS : ne pas oublier de se coordonner avec les services municipaux pour qu’ils viennent nettoyer les berges tous les matins. Il s’agit de ne pas se retrouver avec un espace public négligé : les taches de sang pourraient entrainer une spirale négative de dégradation, conformément à la théorie de la vitre cassée.

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.