+

Réchauffement climatique, chaleur urbaine, revêtement au sol…voici les nouveaux ingrédients pour une lutte entre noir et blanc.

En se référant à l’albédo, on peut justifier de tout repeindre en blanc en ville pour réduire la température. Le blanc, c’est frais. Cette évolution est rendue possible grâce à cet accessoire :

Depuis que 86% de la population française est devenue avant-gardiste et cool en portant ces lunettes, on est en mesure d’avoir des routes et des murs blancs sont craindre de devenir aveugles.

On peut très bien imaginer que cette tendance touche aussi le domaine de la voiture individuelle? Vous êtes écolos et responsables, prenez une voiture blanche, elles se réchauffera moins vite au soleil et préservera ainsi la planète. A en croire certains articles, la mode de la voiture blanche est en train d’exploser (19% des ventes aux USA, au premier rang devant le gris métallisé). Il parait même que les voitures blanches sont plus sûres.

Autant dire que les irresponsables qui roulent dans une voiture noire vont vivre des jours bien sombres : intolérance, rejet, stigmatisation.

Plus embêtant en matière d’économies d’énergie et de stigmatisation si nous prenons le cas de l’éclairage public : combien de temps les personnes noires pourrons encore justifier qu’il soit nécessaire d’éclairer plus les rues pour eux que pour les blancs (le cas de la Côte d’Azur et son bronzage excessif est une exception), en rapport à leur capacité à réfléchir la lumière. Une problématique déjà soulevée par M. Poelvoorde qui n’avait pas encore fait le lien avec les enjeux du réchauffement climatique :


c arrivé pres de chez vous veilleur par pit59
+

Ouai, un vrai dilemme en perspective pour les bobos.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

1 Commentaire

  1. Vincent
    30 septembre 2011

    Petits enfants de Debord et de Devos, vous illuminez notre vie. Merci de tout coeur de votre pétillante intelligence.

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.